LA PREUVE PAR LE TROU BLANC


Il existe un inverse théorique au trou noir : le trou blanc. Ils ont deux points communs. Tout d'abord, un horizon, une limite. Ensuite, cet horizon est censé agir comme une barrière infranchissable : rien n'est présumé pouvoir s'échapper de l'horizon d'un trou noir, rien n'est supposé pouvoir pénétrer au-delà de l'horizon d'un trou blanc. En août, Jeff Steinhauer a montré que ce n'était pas le cas pour les trous noirs. Quelques semaines plus tard, l'équipe de Germain Rousseaux, de l'université de Poitiers, a démontré qu'il en était de même pour les trous blancs. Son approche est semblable : utiliser une expérience de laboratoire pour obtenir l'analogue du trou blanc. Au milieu d'un bassin (6,8 mètres de long et 39 centimètres de large) où s'écoule en continu 8 centimètres d'eau - le trou blanc -, les physiciens ont posé un obstacle (une bosse de 2 centimètres de haut et 1 mètre de long). Un générateur de vagues, situé à une extrémité du bassin, crée des ondes de surface contraires à l'écoulement de l'eau. Ces vagues - qui simulent des ondes lumineuses - sont bloquées par l'écoulement du fluide à proximité du sommet de la bosse : cette zone forme un analogue de l'horizon d'un trou blanc. En filmant cette région, illuminée à l'aide d'une nappe laser, des ondes minuscules se propageant au-delà de leur horizon artificiel ont été mises en évidence. Une autre preuve que le rayonnement de Hawking existe.

Article paru dans: Le rayonnement d'un trou noir observé en laboratoire - http://www.larecherche.fr

Autre article: Qu'est ce que le rayonnement de Hawking - http://www.sciencesetavenir.fr








Liens du bas